Acteurs de presse

EDWY PLENEL, JOURNALISTE PRÉSIDENT DE « MEDIAPART »

Index

 

Edwy Plenel est un journaliste politique français, né le 31 août 1952 à Nantes. Il est directeur de la rédaction du quotidien Le Monde de 1996 jusqu'à sa démission en novembre 2004. Il a depuis cofondé le site Mediapart, journal payant accessible sur Internet, qui a ouvert le 16 mars 2008.

source: Wikipedia logo silver 1

 

Logo crieur svg

Mediapart est un site web d'information et d'opinion créé en 2008 par François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel. Un abonnement payant est nécessaire pour lire les articles du site. Mediapart héberge à la fois les articles rédigés par ses équipes propres (« le journal ») et ceux de ses utilisateurs (« le club »). Le site a joué un rôle clé dans la révélation de l'affaire Woerth-Bettencourt en 2010 et de l'affaire Cahuzac en 2012-2013.

source: Wikipedia logo silver 1

 

Sur Mediapart, Edwy Plenel exprime son opinion dans ses "Carnets Libres". Voici un extrait de son deuxième article "en défense d'Internet et de Wikileaks", écrit le 28 décembre 2010, où il aborde des problématiques relatives à la démocratie. Il y écrit notamment:

 

« En nos temps troublés et incertains, mêlant peurs et inquiétudes, l'extension des libertés est la seule garantie pour éviter aveuglements et démagogies, impostures et aventures. Or, au principe et au ressort de la démocratie, il y a le droit à l'information, condition d'une participation éclairée des citoyens aux affaires publiques. »

Picto gris droite

 

En tant que directeur d'un média intégralement en ligne, Plenel se reconnaît par principe dans la démarche de publication en ligne initiée par Wikileaks. Le fondement du raisonnement est avant tout politique. Pour Plenel, il n'y a de pleine démocratie que par la diffusion libre d'informations. Il invoque d'ailleurs indirectement la loi sur la liberté de la presse de 1881. Or, pour Plenel, la démocratie aujourd'hui est en crise (« temps troublés et incertains »). C'est parce qu'il y a des doutes quant aux informations, selon lui, qu'est entretenue une défiance à l'égard du pouvoir. C'est celle-ci qui met en cause le fonctionnement de la démocratie. Ainsi, Plenel conçoit Wikileaks comme une manière de faire avancer la démocratie et de rétablir la confiance des citoyens.

 

 

 

LAURENT JOFFRIN, DIRECTEUR DE « LIBERATION »

  

Laurent Joffrin, né le 30 juin 1952 à Vincennes, est un journaliste français. Il collabore notamment à l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, dont il a été directeur de la rédaction de mars 2011 à mars 2014, et est actuellement directeur de la rédaction du quotidien Libération en tandem avec Johan Hufnagel.

source:Wikipedia logo silver 1

 

Libération est un quotidien français paraissant le matin, également disponible en version en ligne. Fondé sous l'égide de Jean-Paul Sartre, il paraît pour la première fois le 18 avril 1973. Il s'agit d'un journal plutôt orienté à gauche.

source: Wikipedia logo silver 1

 

Laurent Joffrin publie le 30 novembre 2010 un édito sur le site internet de Libération, où il expose son point de vue sur Wikileaks:

 

« Il faut d’abord noter que dans l’opération qui nous occupe elle n’est pas totale. Comme c’est leur fonction, les organes de presse ont cherché, avant publication, à recouper, vérifier, évaluer les informations qui leur parvenaient. Ils ont surtout, le New York Times en tête, négocié avec les autorités concernées pour éliminer de leurs articles les éléments qui toucheraient à la sécurité nationale ou qui mettraient en danger la vie de telle ou telle personne. Les puristes y verront une concession critiquable. Ils auront tort. Dans un monde traversé par des conflits violents, un Etat ne saurait agir en permanence sous le regard instantané de l’opinion. Il a le droit de conserver ses secrets de défense, de discuter avec ses alliés ou ses adversaires dans la discrétion et même de monter certaines opérations spéciales, dès lors qu’elles sont soumises au contrôle des représentations élues. Même la démocratie la plus ouverte et la plus attachée aux droits de l’homme a besoin d’un Etat. C’est d’ailleurs un paradoxe que de voir WikiLeaks s’attaquer essentiellement aux démocraties, laissant de côté les dictatures les plus opaques et les plus répressives. Aussi bien, il est assez réconfortant de voir que les échanges secrets des grandes diplomaties sont fort peu différents, sur le fond, de leur discours public. Il faut croire que le machiavélisme qu’on prête aux gouvernants, toujours soupçonnés d’organiser de noirs complots, est moins grand dans la réalité que dans l’esprit de certains militants quelque peu paranoïaques. »

Picto gris droite

 

Laurent Joffrin, Directeur de « Libération », expose ici la fonction principale des différentes presses qui est avant tout de décortiquer les informations qui leur parviennent avant de les transmettre au public, s'assurant (New York Times) bien évidemment auprès des autorités que leurs articles n'impliquent un danger de vie pour quiconque ou encore pour la sécurité nationale.

Il explique que les puristes y trouveraient sûrement de mauvais côté, mais qu'ils auraient tort car selon lui dans un monde remplit de crime, de délit, de violence ; les sociétés actuelles, les États ne peuvent se permettre d'agir constamment en vue de l'opinion public.

Il met sur la table, le droit de conserver les secrets défense, les missions, les discussions entre alliés et/ou adversaires tenues avec discrétion par nos représentants que le peuple a soigneusement élus. Il dit que : «  Même la démocratie la plus ouverte et la plus attachée aux droits de l’homme a besoin d’un État. » et n'hésite pas à relever le fait que Wikileaks n'utiliserait que des documents voués à attaquer des démocraties, oubliant les dictatures (« les plus opaques et les plus répressives »). Enfin Laurent Joffrin semble satisfait des échanges secrets qui ne sont selon lui pas loin des discours public.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.